La saison morte en course à pied

Tout d’abord, il faut comprendre que la saison morte en course à pied est une période cruciale dans l’entrainement annuel d’un coureur. C’est le moment où l’on peut mettre l’accent sur les petites faiblesses rencontrées dans la dernière année et en profiter pour les améliorer. Faire des exercices de musculation, des étirements et des exercices d’équilibre sont des bons exemples de renforcement qu’on peut pratiquer durant ces quelques semaines un peu plus tranquilles.
 
On peut aussi profiter de ce cycle pour travailler notre foulée à basse intensité.  De cette façon, on sera à même d’ajuster quelques petits détails qui nous aideront lors de la prochaine saison, lorsque le volume et l’intensité de course seront plus élevés.
 
Voici d’ailleurs un conseil simple et efficace qu’on peut adopter pendant les prochaines semaines : la façon la plus économique de courir à basse ou à moyenne intensité est d’adopter la méthode du 2-2, c’est-à-dire d’inspirer 1 fois à tous les 2 pas et d’expirer 1 fois à tous les 2 pas. De cette manière, le corps profite d’un maximum d’oxygène par rapport au nombre de pas par minute. Toutefois, en saison morte, on peut opter pour la formule 3-3. On inspire simplement 1 fois aux 3 pas et on expire pareillement 1 fois aux 3 pas. Si on sent un léger essoufflement, c’est que notre rythme de course est un peu trop élevé pour travailler efficacement sur notre technique. On devrait alors réduire la vitesse pour un meilleur résultat.
 
En somme, cette courte période de l’année qui ne plait généralement pas aux coureurs n’est pas très festive, mais génère plus souvent qu’autrement beaucoup de bienfaits pour le corps. Le fait d’être patient et prudent au cours de ces quelques semaines permet aux coureurs de mieux en profiter une fois la saison redémarrée.
 
Dominic Royer | Kinésiologue et conseillier à la Boutique

Laisse un commentaire

Notez que les commentaires doivent être approuvés avant publication.