Déterminer votre VMA

Déterminer votre VMA

La saison 2018 en course à pied est officiellement lancée. Il est évidemment un peu tôt pour parler d’évènements, mais encore faut-il s’établir un plan de match pour les prochains mois si vous souhaitez connaitre une bonne saison. Il n’est pas nécessaire de vous mettre trop de pression. Le but est de doucement s’organiser une planification annuelle qui vous permettra de mieux cibler vos objectifs.

« Qu’est-ce que je souhaite faire cette année comme évènement? Est-ce que je veux améliorer mes chronomètres sur de plus courtes distances? Est-ce qu’au contraire, j’aimerais mieux me diriger vers de plus longues épreuves pour me soumettre à de nouveaux défis? »

Peu importe vos aspirations, l’important c’est d’avancer!

Après avoir fait un bilan de la dernière saison et après avoir illustré vos objectifs pour cette nouvelle année, il faut les mettre en place. Que ce soit pour le 21km Banque Scotia, pour le marathon d’Ottawa ou pour n’importe quel autre évènement, il faut se fixer des objectifs raisonnables. C’est également important de connaitre votre niveau actuel pour éviter une surcharge d’entrainement et afin d’éviter les mauvaises surprises le jour de votre prochaine course officielle.

Prenons l’exemple d’un coureur qui souhaite terminer un demi-marathon en moins de 2 h. Une allure donc de 5 minutes et 41 secondes au kilomètre. Y’a-t-il une façon pour ce coureur de savoir si cet objectif est réalisable? À quelle vitesse doit-il s’entrainer? Combien de fois par semaine doit-il courir? À quelle fréquence doit-il faire ses intervalles?

Bref, c’est ce genre de questions qui vous viendront à l’esprit lorsque vous vous fixerez vos objectifs.

Et c’est là que le test de la VMA (vitesse maximale aérobie) intervient.  

I) Qu'est que la VMA?

La vitesse maximale aérobie est le moment où un coureur aura sa plus forte consommation en oxygène. Et cette vitesse nous permet de connaitre vos allures d’entrainements et d’évènements en course à pied. Elle nous permet donc d’établir votre VL (vitesse lente ou endurance fondamentale), votre VM (vitesse marathon), votre V21 (vitesse demi-marathon) et ainsi de suite. De cette manière, après avoir fait ce test, vous serez en mesure de connaitre ces différentes données.

II) Quel test utilisons-nous chez KinEndurance?

Il existe différentes manières de calculer cette Vitesse. Kinendurance effectue le test sur tapis roulant par le biais du test VAMEVAL.

Pour ce test, la vitesse du tapis roulant est établie au départ à 8 km/h et la vitesse augmente toutes les minutes de 0,5 km/h. Le dernier palier réalisé par le coureur est calculé comme étant sa VMA.

Pendant ce temps, le kinésiologue en profite pour définir vos différentes vitesses. Il analyse aussi votre foulée selon le rythme auquel vous courez. En exemple, il peut remarquer que vous étiez mi-pied jusqu’à 11,5 km/h, mais que vous attaquez du talon à partir de 12 km/h. Le kinésiologue calculera également vos fréquences cardiaques tout au long du test pour noter les variations et la progression lente ou rapide de celles-ci pendant l’effort.

 III) Quel est l'objectif de ce test?

En début de saison, l’objectif de ce test est de connaitre l’état actuel de sa forme physique et de définir les différentes vitesses d’entrainement. L’objectif est de courir à la bonne vitesse pour limiter le risque de blessure, s’améliorer de façon prudente et progressive et finalement, atteindre ses objectifs. En cours de saison, nous conseillons de répéter ce test toutes les 8 semaines afin de mieux se situer sur son état de forme et ainsi, adapter son entrainement. En prenant le soin de courir à la bonne vitesse et en suivant le plan d’entrainement, vous verrez que votre résultat s’améliorera graduellement au fil des semaines et au fil des mois.

 

***OFFRE FÉVRIER 2018***
KinEndurance offre une journée ''portes ouvertes'' le samedi 24 Février. Vous aurez la possibilité de passer ce test gratuitement de 9h30 à 17h par l'un de nos kinésiologues.
Pour vous inscrire:

 

Le complexe du coureur débutant

Le complexe du coureur débutant

Il est parfois intimidant pour certains coureurs de parler de leur pratique de la course à pied devant d’autres coureurs.  Quand pouvons-nous être considérés comme de «vrais coureurs»? Est-ce que je cours assez vite? Est-ce que je cours bien? Est-ce que je dois absolument faire une course officielle? En tant que kinésiologue, je suis d’avis que toute personne qui court, est un coureur.  J’aspire, grâce à ce texte, convaincre les plus sceptiques et inspirer les coureurs plus lents à avoir confiance en leur moyens et à persévérer dans leur pratique de cette activité sportive.

Définition du «vrai coureur»

Un vrai coureur, c’est quelqu’un qui court régulièrement, tout simplement.  Certains vont le faire pour être en bonne santé, d’autres pour prendre l’air et décrocher de leur quotidien, d’autres encore le feront plutôt pour performer et se surpasser sur des distances quelconques ou dans une optique de perte de poids.  Ces raisons sont toutes aussi valables les unes que les autres.  Tout dépend du rapport que la personne a avec son corps.  Celui-ci définira le type de coureur que vous êtes.  Dans tous les cas, si vous courez régulièrement, vous pouvez affirmer que vous êtes un «vrai coureur».

Les types de rapport au corps

On retrouve par exemple le rapport au corps dit fonctionnel où la personne perçoit son corps comme un outil de travail.  Il peut s’agir par exemple d’un facteur, qui doit marcher beaucoup lors de son travail, comme d’un sportif professionnel.  Il y a ensuite le rapport au corps hygiénique, qui fait référence au désir d’être en bonne santé.  Plusieurs personnes répondant à ce profil sont ceux qui s’abonnent aux gym ou à des cours de groupe afin de recevoir un encadrement et d’avoir une pratique sportive sécuritaire et bénéfique.  Parmi ceux qui s’inscrivent aux gym, on retrouve aussi ceux qui ont un rapport au corps esthétique, c’est-à-dire qui désirent améliorer leur apparence par l’entraînement physique.  Il y a aussi ceux qui cherchent à repousser leurs limites et à tester les capacités de leur corps.  Ces derniers ont un rapport au corps performatif.  Beaucoup perçoivent ce type de coureur comme les seuls et uniques «vrais coureurs».  Heureusement, cette mentalité tend à se dissiper graduellement.  Les deux derniers types de rapport au corps sont le réflexif et l’écologique.  Le réflexif fait référence à l’idée d’harmoniser le corps et l’esprit.  L’exemple le plus clair est l'adepte de yoga.  Le type écologique a trait tant qu’à lui à la recherche d’une connexion avec la nature pendant sa pratique sportive.  Ceux qui répondent à ce profil sont par exemple intéressés par la course en sentier, la randonnée pédestre et l’escalade sur roche.  Enfin, chacun de nous a souvent un rapport au corps mixte, c’est-à-dire que nous avons plus d’un des profils mentionnés ci-dessus qui nous correspondent.  Les ultra-marathoniens seront souvent de type réflexif et écologique par exemple.

L’importance de la vitesse

À quelle vitesse devons-nous courir pour gagner le respect de la communauté des coureurs? 6m00s/km? 5m00s/km? Plus rapide? Ce désir de courir plus vite afin d’éviter la gêne de joindre un groupe de course et d’être le plus lent est très répandu.  Pourtant, les groupes de course ont maintenant des niveaux très diversifiés.  Tous les types de coureurs devraient y trouver leur compte en 2017.  Le milieu est maintenant plus inclusif.  Si vous ne vous sentez pas prêt à joindre un groupe, vous pouvez opter pour un plan d’entraînement personnalisé afin d’améliorer les éléments qui vous freinent.  Il faut garder en tête que les coureurs qui s’initient aujourd’hui à la course seront peut-être les modèles à suivre de demain!

La bonne technique de course

Le dernier élément sur lequel certaines personnes se sentent jugées est la technique de course.  Certains vont mettre en place des stratégies pour éviter d’être vus pendant leur entraînement.  Il n’y a pas de technique de course universelle, comme il n’y a pas deux corps humains parfaitement identiques.  Il peut toutefois être pertinent d’améliorer sa technique de course pour réduire le risque de développer une blessure et améliorer l’aisance de la pratique de cette activité.  Si vous figurez parmi ceux qui sont gênés ou inquiets par rapport à leur technique de course, faites-vous évaluer et encadrer par un kinésiologue.  Vous pourrez ainsi courir sous le soleil ou vous joindre à un groupe de course en étant plus confiant et fier du coureur que vous êtes.  

Si vous recherchez un professionnel de la santé pour vous encadrer et vous aider à progresser en tant que coureur, n’hésitez pas à visiter notre site Internet pour consulter les cliniques de course offertes ou à nous contacter afin de connaître les services offerts par Kinendurance.  Le forfait A : analyse biomécanique de la course pourra possiblement répondre à vos besoins.

Cliquez ici pour être redirigé(e) vers les différentes cliniques de course offertes

Cliquez ici pour être redirigé(e) vers la description des services de Kinendurance

Notez que le masculin a été utiliser pour simplifier la lecture de ce texte et que ce texte s'adresse autant aux femmes qu'aux hommes.

Stéphanie Gravel, kinésiologue accréditée à la FKQ (reçu disponible)

stephanie.endurance@gmail.com

Kinendurance

6579, rue Saint-Denis, Montréal, H2S 2S1 * 514-272-9267 * kin.endurance@gmail.com